L'hypothèse du projet viendra du mélange et du croisement des différentes ressources réelles - le site - et virtuelles - l'occasion - avec le bagage de l'architecte et ses préoccupations récurrentes, telles que ...

...> la simplicité des volumes et l'économie de moyens
...> la matière | travail sur la peau extérieure
...> le plan | fonctionnalité
...> le bois | durabilité, pédagogie, massivité & chaleur

Les ressources sont multiples, relevées spontanément et intuitivement, autant d'éléments de nature, d'échelle et d'importance différentes qui forment le "génie du lieu" et nourrissent le projet.

Une démarche de concertation s'engage alors sur un avant-projet avec le maître d'ouvrage et les usagers (s'ils sont différents) et se poursuit tout au long du processus, le rôle de chacun étant clairement défini.

L'objectif reste de faire coïncider le site et l'occasion.

Etre maître d'oeuvre, 'fabriquer' au sens artisanal, façonner et confectionner. Concevoir et réaliser des bâtiments propres à chaque commande, des bâtiments légitimes dans leur contexte et validés par l'usage. Non pas des bâtiments que l'on livre avec un mode d'emploi, des bâtiments que le public comprend et s'approprie naturellement.

S'inscrire dans un mode constructif et dans un savoir-faire local, réfléchir à une mise en oeuvre contemporaine des matériaux les plus traditionnels comme un gage d'insertion dans le paysage.

Travailler avec le réel et le banal, utiliser le projet comme révélateur du site. Privilégier alors des volumes simples, une économie de la matière et de la manière - pas la pauvreté -, dans un registre de matériaux bruts qui vieillissent et supportent la prise du temps.

Imaginer les moments de la perception, le parcours de la découverte et du quotidien.

Prendre la mesure temporelle d'un projet, l'échelle de sa conception et l'échelle même du bâtiment.

Concevoir le temps comme la donnée essentielle d'une pratique durable.

FABRIQUE est une Société Coopérative d’Architecture (SCOP) créée par Michel Dupuy de Cazères et Isabelle DEFOS du RAU en septembre 1998. L’aspect coopératif a été privilégié parce qu’il incarne une volonté de mener des projets en commun et de partager toutes les tâches propres à un atelier d’architecture de manière égalitaire.